Obésité et surpoids

En 2012, l’étude Obépi (*analyse tous les trois ans la prévalence su surpoids et de l’obésité en France) sur le surpoids et l’obésité présente les chiffres suivants : 32.3 % des français de plus de 18 ans sont en situation de surpoids et 15% présente une situation d’obésité. Ces chiffres montrent que la prévalence du surpoids et de l’obésité chez les français de plus de 18 ans n’a pas significativement augmenté depuis 2009. En Rhône-Alpes, le taux d’obésité reste inférieur à la moyenne nationale.
Selon l’étude ENNS de 2006, 1 enfant sur 5 est en surcharge pondérale. 3.5% souffrent d’obésité et 14.3% présentent un surpoids. En cas d’obésité infantile, le risque de présenter une obésité à l’âge adulte est de 80%.

  • IMC = Poids (en Kg) / Taille (en m) x Taille (en m)
CatégorieIMC
Insuffisance pondérale≤ 1,5
Valeur de référence18,5 – 24,9
Surpoids25,0 – 29,9
Obésité≥ 30
Obésité modérée (Grade I)30,0 – 34,9
Obésité sévère (Grade II)35,0 – 39,9
Obésité massive, morbide (Grade III)≥ 40

 

Des outils sont disponibles pour suivre l'évolution de l'IMC chez l'adulte et de l'IMC chez l'enfant . Chez l’enfant, le suivi de l’évolution de la courbe d’IMC permet de dépister précocement une augmentation pondérale au-delà de celle en lien avec la croissance compris entre 18,5 - 24,9 comme indiqué en pages 79 et 80 du Carnet de Santé .
Les courbes de corpulence des garçons et des filles permet de rapporter la valeur de l'IMC de l'enfant dans la courbe et permet d'évaluer son état nutritionnel en fonction de son âge et de son sexe.

L’obésité réduit l’espérance de vie de 10ans, elle représente un important facteur de risque pour :

  • Maladies chroniques : les risques cardiovasculaires et de diabète sont multipliés par trois. Le risque d’accident vasculaire cérébral est multiplié par deux. Contribue à l’apparition de maladies chroniques.
  • Lien avec certains cancers.

Le PNNS a fait un de ses objectifs prioritaires la réduction de 20% de la prévalence de l’obésité et du surpoids chez l’adulte. Il est complété depuis 2010 par le Plan Obésité 2010-2013.
Ainsi une consommation équilibrée et variée peut aider à :

  • Eviter une prise de poids supplémentaire.
  • Perdre du poids.
  • Stabiliser une perte de poids.
  • Limiter le risque de développement de pathologies.
  • Agir comme facteur de protection pour l’apparition de certaines pathologies.
  • Créer du lien social et du partage

En fonction de la santé globale de la personne, une prise en charge médicale et adaptée peut être nécessaire pour enrayer le phénomène d’obésité ou de surpoids. Le but n’étant pas uniquement la perte de poids mais bien une amélioration de la santé globale de et avec l’individu. La Haute Autorité de Santé a publié en 2001 des recommandations pour la pratique clinique pour le surpoids et obésité de l’adulte.







Ce site a été développé par l'IREPS Auvergne-Rhône-Alpes dans le cadre du programme Réactivité qui bénéficie d'un soutien financier de la DRDJSCS et de l'ARS