APS et enfance et adolescence

Pour le public jeune, la pratique d’une APS possède un rôle physiologique et des bienfaits physiques indispensables à son développement sensitif et corporel. Ainsi selon l’OMS, l’APS permet de:

  • Développer un appareil locomoteur sain (os, muscles et articulations).
  • Développer un appareil cardiovasculaire sain (cœur et poumon).
  • Développer une conscience neuromusculaire (coordination, contrôle des mouvements).
  • Garder un poids approprié.

L’INSERM a entre autre démontré dans ses recherches le lien positif entre la pratique physique/sportive et le développement, et le bien-être sociopsychologique des jeunes :

  • Maitriser l’attention (lutter contre l’hyperactivité) ou de possibles comportements relevant de l’agressivité.
  • Développer les habiletés cognitives, stratégiques et personnelles.
  • Développer l’estime de soi/confiance en soi.
  • Lutter contre l’anxiété et la dépression.
  • Trouver un moyen d’expression, d’accomplissement et de réalisation de soi.

A un niveau plus social :

  • Développer les habiletés sociales.
  • Interaction et intégration sociale (processus de socialisation).
  • Lutter contre le désinvestissement scolaire et social.
  • Apprentissage des règles (pour les plus jeunes).

Au-delà de ces nombreux bienfaits, pratiquer une activité physique régulière aide à avoir des comportements sains en matière de santé (tabac, alcool, drogues) et de meilleurs résultats scolaires. Sa promotion reste un véritable enjeu car les études montrent que la pratique a tendance à diminuer avec l’âge (après 12 ans), particulièrement chez les filles qui pratiquent moins que les garçons. Elles sont également des périodes clés du développement au cours desquelles peuvent se créer, s’amplifier ou s’atténuer des inégalités de santé. Une vigilance particulière est donc à apporter auprès des publics les plus jeunes.

Des recommandations (OMS , PNNS) ont été établies pour les jeunes de 5 à 17 ans:

  • Un minimum de 60 minutes d’activité physique modérée ou intense par jour (possibilité de cumuler des temps moins important comme 2*30 minutes).
  • Ces 60 minutes doivent s’ajouter au temps passé pour des activités physiques quotidiennes de faible intensité.
  • Limiter le temps pour des occupations sédentaires (télé, ordinateur, jeux vidéo, etc.).
  • L’activité physique quotidienne devrait principalement être des activités d’endurance. Une activité d’intensité soutenue qui renforce le système musculaire et l’état osseux devrait être pratiquée 3 fois par semaine.




Ce site a été développé par l'IREPS Auvergne-Rhône-Alpes dans le cadre du programme Réactivité qui bénéficie d'un soutien financier de la DRDJSCS et de l'ARS