\ Accueil \ Alimentation et santé \ Les fonctions de l’alimentation

Activité physique et alimentation : quand les acteurs s’engagent pour la promotion de la santé des publics en Rhône-Alpes


Les fonctions de l'alimentation

L’alimentation, l’acte de se nourrir a depuis longtemps dépassé sa simple fonction physiologique nécessaire. Elle a également dépassé le rapport alimentation-maladie issu d’une approche médicale de la santé pour s’associer progressivement aux notions de bien-être et de plaisir. L’alimentation s’accorde à nos modes de vie et s’exprime à travers les habitudes alimentaires, les prise des repas, etc. qui nous semblent bonnes ou possibles pour nous.

Une alimentation variée et équilibrée est un déterminant de santé majeur, un facteur de protection, de prévention et un complément thérapeutique non médicamenteux.
Ces bénéfices concernent l’ensemble des populations bien qu’elle reste une appropriation individuelle au carrefour de l’affectif, du culturel et du social.

Les bénéfices physiologiques

L’alimentation possède un rôle essentiel nourricier et de maintien en vie, elle est la satisfaction d’un besoin physiologique et elle participe au bon développement corporel et cérébral de l’individu.
Elle permet plus globalement de :

  • Se sentir en forme.
  • Apporter l’énergie nécessaire au fonctionnement quotidien de l’organisme.
  • Permettre au corps de se développer, de se renforcer et d’évoluer.
  • Rôle hygiéniste de maintien de la santé.

Une alimentation équilibrée et variée permet également de prévenir des pathologies comme :

  • Surpoids et obésité.
  • Maladies cardiovasculaires.
  • Hypertension artérielle.
  • Diabète de type 2.

Par ailleurs, l’INSERM dans son étude "Nutrition Santé " avance qu’une alimentation suffisante, équilibrée et diversifiée est nécessaire à la croissance, au maintien de l’immunité, à la fertilité ou encore à un vieillissement réussi (performances cognitives, entretien de la masse musculaire, lutte contre les infections…).

Les fonctions psychosociologiques

Les comportements alimentaires servent d’autres buts pour la santé et sont sources de bien-être psychique et social. Ils participent à la construction d’une identité individuelle et d’une identité collective.
L’alimentation marque l’appartenance sociale et culturelle à travers les savoirs et usages des produits alimentaires, elle peut permettre à l’individu de se situer dans un groupe, entrer en relation avec l’autre, s’identifier ou se différencier et participe à l’élaboration de son réseau social. L’alimentation relève aussi de l’acte de partage, de l’acte de "nourrir l’autre" qui peut être une manifestation de l’affection ou de responsabilité de l’autre.
Pour le bien-être psychique, les choix alimentaires relèvent aussi de la recherche de plaisir, du besoin d’autonomie.



Haut de page - © IREPS 2010