\ Accueil \ APS et santé \ Des repères sur l’APS

Activité physique et alimentation : quand les acteurs s’engagent pour la promotion de la santé des publics en Rhône-Alpes


Des repères sur les APS

L’APS inclut la dimension du sportive, elle comprend également l'activité physique quotidienne (traveil, déplacements, acitivités ménagères, de jardinage, eyc.) et intègre  des enjeux éducatifs, culturels et sociaux forts. La pratique d’APS se modifie avec les évolutions de la société, on a ainsi pu voir ces dernières décennies, une féminisation du sport. L’APS doit s’envisager en fonction des nombreux publics et des nombreuses pratiques.


La promotion de l’APS passe  par différents acteurs : associations, pouvoirs publics, organisations professionnelles, etc. Cette mobilisation et ce travail partenarial sont aujourd’hui nécessaires et ils se doivent d’être affirmés et partagés par ces acteurs. Pour exemple, le territoire français compte aujourd’hui 175 000 associations sportives pour deux million de bénévoles réguliers.
Promouvoir l’APS c’est accompagner ces structures et les publics dans un esprit d’équité pour tenter de répondre aux enjeux éducatifs, culturels et sociaux.

Les autorités nationales et internationales ont produit des recommandations de pratique d’APS pour la population (PNNS , Europe , OMS ). La recommandation la plus communiquée aujourd’hui étant "30 minutes d’activité physique par jour".

Les recommandations d’APS s'envisagent en terme d'intensité et de durée:

  • Intensité faible : 45 minutes / jour (marche lente, bowling, repasser, etc.)
  • Intensité modérée : 30 minutes/jour (marche rapide, passer l’aspirateur, jardiner, etc.)
  • Intensité élevée : 20 minutes/jour (jogging, natation, bêcher, etc.)

Malgré ces recommandations, la pratique d’APS reste insuffisante en France  selon un rapport de l’INPES: près d’une personne sur trois a un niveau d’activité physique inférieur au seuil d’au moins l’équivalent de 30 minutes de marche rapide chaque jour, recommandé pour protéger leur santé.
C’est un constat qui touche l’ensemble de la population, cependant on observe une inégalité dans la pratique homme-femme, avec une plus grande sédentarité chez les femmes, et une diminution de l’activité avec l’avancée en âge (après 45 ans).
Des obstacles à la pratique d’une activité physique quotidienne ont été identifiés :

  • Obstacles cités : manque de temps, manque de motivation et problèmes de coûts.
  • Les occupations sédentaires (temps passé devant les écrans).
  • Une méconnaissance du niveau d’activité physique minimal recommandé.

Pour aller plus loin:

Assamblée du sport : Pour une France 100% sport

MANGERBOUGER : Activité physique et santé en Europe

Santé.gouv.fr: Plan Cancer


PRS-RA :
La santé en Rhône-Alpes : le projet pour 5 ans
Le Plan Régional « sport santé bien-être » 2013-2017
Pôle Ressources national « Sport, Santé, Bien-être »



Haut de page - © IREPS 2010