Les déterminants de la santé

Définition

Les déterminants de la santé représentent l’ensemble des facteurs individuels et collectifs, socio-économiques et environnementaux qui vont influencer l’ensemble des conditions de santé et, de bien-être de la population. Douze déterminants ont été sélectionnés par l’Agence de Santé Publique du Canada, susceptibles de se cumuler et d’agir ensemble.

Modélisation des déterminants de la santé

Afin de pouvoir envisager l’impact de ses déterminants d’origines différentes (biologiques, sociales, environnementales, etc.) et leurs interactions sur la vie d’un individu, des modèles explicatifs se sont développés.
Parmi les modèles existants, le modèle de Dahlgren et Whitehead s’organise autour de trois niveaux de déterminants : individuel, environnemental et sociétal. Il présente les déterminants de la santé en quatre niveaux qui interagissent les uns avec les autres :

  • Premier niveau « Facteurs liés au style de vie personnel »
  • Second niveau « Réseaux sociaux et communautaires »
  • Troisième niveau « Facteurs liés aux conditions de vie et de travail »
  • Quatrième niveau « Conditions socio-économiques, culturelles et environnementales »

L'importance de la prise en compte des déterminants sociaux de la santé

Les déterminants sociaux de la santé se concentrent sur l’ensemble des facteurs socialement construits : niveau de revenus, niveau d’éducation, catégorie socioprofessionnelle ou tout autre facteur pouvant refléter une situation sociale ou socio-économique. Ils ne portent donc pas sur les facteurs biologiques (âge, sexe, etc.).
Ces facteurs, reflet de choix politiques, de politiques publiques, de la répartition des pouvoirs et des ressources ont une influence sur la santé au même titre que les autres déterminants.
Connaître leur existence et comprendre leur origine, agir en considérant leur impact sur la santé des populations est essentiel. Ils sont aujourd’hui une des principales causes des inégalités en santé, car ils constituent des écarts injustes et importants que l'on enregistre au sein d'un même pays ou entre les différents pays du monde.

Les inégalités sociales de santé

Toutes actions de santé auprès des populations, tout établissement de politiques publiques (santé et hors santé) doit considérer dans ces approches les inégalités sociales de santé qui existent aujourd’hui.

"Les inégalités sociales de santé font référence à la relation étroite entre la santé et l’appartenance à un groupe social" (INPES).
On retrouve trois grands différents types d’inégalités sociales de santé :

  • Inégalité entre hommes et femmes
  • Inégalité entre les catégories socioprofessionnelles
  • Inégalité territoriale

Bien que la France ait vu ces indicateurs de santé s’améliorer (augmentation de l’espérance de vie, baisse du taux de mortalité des accidents de la vie courante, baisse du taux de mortalité par cancer, etc.), d’importantes inégalités sociales de santé persistent aujourd’hui sur le territoire, particulièrement d’origine socioprofessionnelle.

Un rapport de l’Inspection Générale des Affaires Sociales publié en 2011 présente certaines de ces inégalités concentrées autour de l’espérance de vie, de la mortalité, des incidence et prévalence de pathologies ou de l’accès au système de santé.
"La notion d’" inégalités sociales de santé " renvoie au constat que les différences de santé au sein d’une population ne sont pas le produit du hasard ou de la seule biologie. Elles s’expliquent aussi par la catégorie socioprofessionnelle à laquelle appartiennent les individus".

Les inégalités sociales de santé résultent de la transformation des inégalités sociales en inégalités de santé. Elles ne sont en rien naturelles mais sont le résultat partagé de différentes politiques et programmes économiques et sociaux jugés comme insuffisants.
Afin de lutter contre ces inégalités sociales de santé, l’OMS a publié en 2008 le rapport Marmot réalisé par la Commission des déterminants de santé. Ce rapport, qui tente de développer un programme mondial pour l’équité en santé, avance que cette lutte doit passer par une action sur les structures, et non, directement par les individus ou les populations.





Ce site a été développé par l'IREPS Auvergne-Rhône-Alpes dans le cadre du programme Réactivité qui bénéficie d'un soutien financier de la DRDJSCS et de l'ARS