\ Accueil \ APS et santé

Activité physique et alimentation : quand les acteurs s’engagent pour la promotion de la santé des publics en Rhône-Alpes


APS et santé

Pratiquer une activité physique régulière et adaptée est une recommandation très ancienne. Ainsi Platon annonçait que "chez l’homme, le manque d’activité physique détruit la bonne condition, alors que le mouvement et l’exercice physique méthodique la préservent". Hippocrate expliquait "Toutes les parties du corps qui remplissent une fonction sont saines, bien développées et vieillissent plus lentement si elles sont sollicitées avec mesure et exercées à des travaux dont on a l’habitude. Mais si elles ne sont pas utilisées et sont indolentes, elles tendent à devenir malades, se développent mal et vieillissent prématurément". Tout en insistant sur l’équilibre en toute chose " Il s'agit aussi de régler les exercices (promenade, course, lutte, etc.), le sommeil, les bains et les pratiques sexuelles. Il faut un équilibre très précis entre la force que l'on dépense et celle que l'on absorbe. "


Si ces auteurs recommandaient une pratique régulière d’activité physique pour ses bienfaits physiques, psychologiques, éducatifs et politiques ; certains comme Platon, mettaient déjà en garde contre une pratique trop intensive.
Les modifications des modes de vie, liés notamment à l’industrialisation des pays puis au développement des nouvelles technologies, ont conduit à une sédentarité plus importante des populations (diminution des tâches physiques qu’elles soient professionnelles, domestiques ou de déplacement…).


Etroitement liée au concept de la santé la pratique d’activité physique et sportive est à la fois physique, sociale et psychologique. Cette rubrique donne un aperçu de ses multiples bienfaits pour l’ensemble des populations. Elle donne des repères professionnels mais également des pistes de réflexion et de compréhension des pratiques des individus, qu’elles soient insuffisantes ou adaptées.



Haut de page - © IREPS 2010