Des repères sur les APS

L’APS inclut la dimension sportive, elle comprend également l'activité physique quotidienne (travail, déplacements, activités ménagères, de jardinage, etc.) et intègre  des enjeux éducatifs, culturels et sociaux forts. La pratique d’APS se modifie avec les évolutions de la société (mécanisation, usage d'un véhicule, temps de sédentarité). Dans ce contexte la pratique d’APS doit donc s’envisager en fonction des nombreux publics et des nombreuses pratiques.

Les autorités nationales et internationales ont produit des recommandations pour la pratique d’APS pour la population (PNNS, Europe, OMS ). Ces recommandations ont évolué aufil du temps, l'accent étant mis aujourd'hui sur l'intensité, la fréquence et la durée en fonction des différents publics. Ainsi en 2016 l'ANSES produit un avis et rapport relatif à "Actualisation des repères du PNNS : Révision des repères relatifs à l'activité physique et à la sédentarité".

Malgré ces recommandations, la pratique d’APS reste insuffisante en France  comme le souligne l'étude INCA 3 (ANSES, 2017). 

Des obstacles à la pratique d’une activité physique quotidienne ont été identifiés :

  • Le manque de temps, le manque de motivation et des problèmes de coûts.
  • La crainte de la fatigue ou de la blessure.
  • Une offre éloignée des lieux de vie des publics.
  • Des occupations sédentaires (temps passé devant les écrans).
  • Une méconnaissance du niveau d’activité physique minimal recommandé.






Ce site a été développé par l'IREPS Auvergne-Rhône-Alpes dans le cadre du programme Réactivité qui bénéficie d'un soutien financier de la DRDJSCS et de l'ARS